Des choix politiques qui impactent sur l’éducation

samedi 18 juin 2016
par Administrateur FECASE
popularité : 16%

On ne le dira jamais assez, l’éducation est la voie qui conduit à l’émergence tant clamée par le gouvernement camerounais. Malgré cette évidence historique, ce gouvernement continue à opérer des choix qui impactent négativement sur l’éducation et retardent par conséquent l’accès du pays à la modernité. Dans le programme qui est sensé mener le Cameroun vers l’émergence, une place de choix est faite aux infrastructures (routes, ports, industries...), mais rien sur l’éducation et la recherche. Nous savons quel est le sort que les populations peu éduquées réservent à ces infrastructures. Si la mentalité a un impact sur le développement, cela signifie que toute politique qui n’agit pas sur les mentalités est condamnée à faire le travail de Sisyphe. Que de routes et d’immeubles nous dégradons à cause de notre incivisme ! Que d’ouvrages mal réalisés à cause du même mal, réduisant ainsi leur espérance de vie. Ces exemples montrent que nous avons encore besoin d’éducation à la citoyenneté. Or, c’est bien à l’école que l’on acquiert cette éducation. Malheureusement, l’éducation ne semble pas occuper le devant des priorités du gouvernement. Nos établissements scolaires et universitaires n’ont pas la mine des institutions dédiées à l’acquisition de la techno-science et de l’humanisme. Quand les élèves comme ceux du CES de Datcheka-Yoldeo, dans l’arrondissement de Doukoula, département du Mayo-Danay suivent les cours à ciel ouvert, quelle représentation vont-ils garder de l’école ? Comment pourrait-on demander à des enfants ayant été scolarisés dans ces conditions d’avoir une vocation d’enseignant ? Comme on peut bien le constater, une école de ce genre n’est pas un lieu d’éducation de qualité. Si les salles de classes font défaut, il va de soi que les laboratoires et les bibliothèques relèvent de la pure fiction pour ces élèves. C’est le même gouvernement qui lance "l’approche par les compétences" comme nouvelle approche pédagogique. Celle ci nécessite, pour des disciplines techno scientifiques, l’existence des laboratoires et ateliers. Même les établissements des centres urbains ne sont guère mieux lotis en la matière ; nous sommes encore à l’ère de la science et de la technique abstraites. Pourtant, ce n’est pas l’argent qui fait tellement défaut ; le gouvernement dépense des centaines de milliards chaque année pour l’achat des gosses cylindrées, le renouvellement du mobilier des bureaux, des réunions et séminaires, qui ne nous ont pas encore sorti de l’ornière. Comment atteindre l’émergence avec un système éducatif qui n’est pas de qualité ? Cela ne s’est jamais vu dans l’histoire. Peut-être que le gouvernement actuel va réussir ce pari. On l’a dit, "le Cameroun c’est le Cameroun".


Documents joints

Word - 82 ko
Word - 82 ko

Agenda

<<

2019

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

8 septembre 2017 - LE CEFAN RECOIT LA MISSION D’OXFAM

La coalition EPT du Cameroun a reçu la visite de M. Ohene Boateng d’OXFAM qui est la structure en (...)