AMELIORATION DES CONDITIONS DE VIE DES TRAVAILLEURS DU SECTEUR PUBLIC : LA FECASE ET LA CSP AU FRONT

jeudi 31 mars 2011
par Mbassi Ondoa thobbie
popularité : 10%

La Fédération Camerounaise des Syndicats de l’Ecation (FECASE) et la Centrale Syndicale su Secteur Public (CSP) ont été particulièrement actives lors de la dernière session budgétaire de l’Assemblée Nationale. Les deux organisations ont en effet travaillé dans les coulisses avec les députés afin de ces dernièrs amènent le Gouvernement à revoir à la hausse le traitement salarial des agents du secteur public.

En dates du 02 Août 2002, la CSP avait adressé au Chef de l’Etat un mémorandum dans lequel elle montrait la nécessité et la possibilité d’un retour aux salaires de 1992. Mais le Président de la République est resté sourd-muet aux revendications des travailleurs qu’il a installés (définitivement ?) dans l’indigence et la précarité depuis 1993. D’ailleurs pourquoi réagirait-il ? n’a-t-il pas garanti sa sécurité en ménageant les hommes armés ? Fallait-il alors se résigner après cette indifférence ? Que non !

Le 27 Novembre de cette même année, revenant à la charge, mais cette fois-ci auprès des représentants du peuple, la CSP a adressé un mémorandum aux députés dans lequel, elle attire leur attention sur les conditions de vie des agents de l’Etat. En effet depuis les baisses sauvages des salaires dans la fonction publique en 1993, le contexte n’a cessé d’évoluer de façon défavorable : dévaluation du FCFA, inflation sans cesse croissante des prix sur le marché. Pour survivre, on y va de tous les expédients : moyennage des services, détournements des deniers publics...

Pourtant le gouvernement se félicite chaque jour de la croissance retrouvée. Et elle est en effet manifeste à travers le train de vie de l’Etat, de celui des décideurs et de ceux qui opèrent dans les marchés publics. Le Premier Ministre n’est -il pas monté au créneau tempérer l’appétit de nos dirigeants pour les grosses cylindrées (payées par l’Etat) !

Malgré tout, cette année encore, le budgert d’équipement semble indiquer que les choses ne vont pas changer. Et pour les fonctionnaires ordinaires alors ? On, on, on attend. Toutes les correspondances, tous les mémorandum sont restés lettre morte. Avec ces signes d’oppulence, la CSP et la FECASE estiment qu’il est possible qu’on retrouve au moins nos salaires de 1992 afin de nous adapter à la conjoncture et de corriger les multiples discriminations salariales qui existent dans les traitements des personnels de l’Etat.

Depuis 2003 et jusqu’à lors, les deux fédérations ne cessent de décrier le malaise qui règne dans le corps enseignant qui attend depuis plusieurs années déjà la signature des textes d’application de son statut particulier. La démobilisation est générale, la désaffectation pour le métier d’enseignant est telle que beaucoup ne songent qu’à aller ailleurs.

Pour tout dire, l’Ecole Camerounaise continue sa descente aux enfers.


Agenda

<<

2019

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois