RECRUTEMENT DE 25 000 JEUNES DANS LA FONCTION PUBLIQUE : DES PROBLEMES EN PERSPECTIVE

jeudi 7 avril 2011
par Thobie Mbassi Ondoa
popularité : 1%

Pendant son allocution à la jeunesse le 10 février 2011, le Président de la République a annoncé le recrutement de 25OOO personnes à la Fonction Publique. Plus de cinq cent mille dossiers ont été déposés, et une commission a été créée pour sélectionner les meilleurs.

Il ne faut pas oublier que l’annonce de ces recrutements est intervenue dans un contexte international marqué par des soulèvements dans le monde arabe contre des dictateurs ayant confisqué le pouvoir depuis plusieurs décennies, et n’entendaient le quitter qu’après la mort. Dans ces pays, le chômage des jeunes était aussi très inquiétant et constituait une bombe à retardement, laquelle a justement explosé en Tunisie, et ensuite en Egypte, mettant des hordes désespérées dans les rues. Le prince camerounais avait voulu désamorcer la sienne en annonçant ce recrutement dans la précipitation. Le gouvernement apprenait la nouvelle au même moment que les populations, et les différentes interventions des ministres étaient là pour l’attester. Des emplois pour les jeunes ne peuvent que réjouir, car, c’est des familles entières qui sortent de la précarité. Mais on ne peut manquer, passé les moments d’euphorie, d’interroger lucidement la décision du Président.
-  Le Cameroun a t- il une politique de l’emploi ? La Fonction publique sera t- elle le seul pourvoyeur d’emplois ?
-  Puisque les jeunes recrues seront contractualisés, et donc n’auront pas le même salaire que les fonctionnaires tout en faisant le même travail, s’engage t- on au Cameroun vers une Fonction Publique dominée par les contractuels après l’Education de Base ?
-  Si l’Etat a autant d’argent pour payer tant de nouvelles recrues, pourquoi refuse t- il systématiquement de payer les primes des enseignants annoncées dans leur statut particulier depuis onze ans ? N’est- ce pas la preuve que l’éducation n’est pas une priorité du gouvernement camerounais quand on connaît sa promptitude à réagir aux doléances de certains corps des appareils répressifs d’Etat même en temps de crise ? Autre crainte qui se profile à l’horizon, c’est la réaction de ceux qui ne seront pas retenus. Pour beaucoup, surtout ceux qui ont quarante ans (âge limite des candidats au recrutement) c’est le dernier espoir d’avoir un emploi ? Et comme la transparence et l’objectivité ne caractérisent pas notre administration publique, les réseaux mafieux vont comme d’habitude « placer » leurs dossiers qu’ils soient bons ou mauvais, et tant pis pour ceux qui n’ont pas de parrains. Souhaitons que cette opération ne crée plutôt l’effet qu’elle était censée combattre.


Agenda

<<

2019

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

26 décembre 2018 - Concertation du Bureau fédéral

Dans la perspective de la collecte des données qui commence en février, le bureau fédéral s’est (...)

23 novembre 2018 - INSÉCURITÉ ET EDUCATION

Pendant le mois de novembre, des élèves et des enseignants ont été enlevés dans les régions (...)

8 septembre 2018 - RENTREE SCOLAIRE SANGLANTE DANS LE NORD-OUEST ET LE SUD-OUEST

Dans plusieurs localités du Nord-Ouest, des chefs d’établissements, enseignants et élèves ont été (...)

16 avril 2018 - RENTREE DU 3e TRIMESTRE

Les élèves du primaire et du secondaire ont repris les classes ce matin pour le compte du (...)

16 avril 2018 - LA FECASE A L’INSTANCE DE COORDINATIONALE (INC)DU FONDS MONDIAL D LA SANTE

Le Secrétaire général de la FECASE a été élu comme représentant des syndicats dans l’ICN du Fonds (...)