Journée Mondiale des Enseignants

mardi 11 octobre 2011
par Mbassi Thobie
popularité : 1%

LE GOUVERNEMENT INTERDIT TOUTE FORME DE MANIFESTATION

Les ministres en charge de l’éducation ont envoyé un message porté aux gouverneurs de Régions leur enjoignant de veiller à ce que les enseignants ne puissent procéder à aucune sorte de manifestation lors de la JME. Cette instruction n’a surpris ceux qui sont inattentifs aux pratiques de notre gouvernement. Jusque là, le gouvernement a confisqué la journée du 05 octobre, transformant ce qui devait être un moment d’interpellation du gouvernement sur sa volonté à mettre en œuvre la Recommandation UNESCO- OIT du 05 octobre 1966, en un folklore à la gloire du régime. Au Cameroun c’est même la « fête des enseignants » ; très peu d’enseignants savent ce qu’est le 05 octobre, cette date, dans leur imaginaire, renvoie aux agapes qui seront offertes en perspective. C’est d’ailleurs ce qui se passe avec toutes les autres Journées : pour éviter d’être interpellé, elles sont devenues des fêtes, des occasions de beuveries et d’orgies. En ce qui concerne les enseignants, le 05 octobre est la seule journée où ils bénéficient curieusement de la gentillesse du gouvernement qui refuse depuis plus de dix ans d’appliquer leur Statut qu’il a lui- même signé : ce jour, les chefs d’établissements sont sommés de leur offrir des ripailles. Les syndicats indociles qui avaient tenté en mai 2009, à travers un préavis de grève, de rappeler au gouvernement que les enseignants attendent depuis neuf ans l’application de leur Statut n’ont pas été entendus. Bien au contraire, le ministre des Enseignements Secondaires a instruit ses collaborateurs des services déconcentrés, de réprimer énergiquement tout enseignant qui rentrerait en grève. Alors que le gouvernement offre gracieusement aux personnels des appareils répressifs toutes les commodités, même ce qu’ils n’ont pas demandé, les enseignants sont abandonné à eux- mêmes, et avec eux, les enfants qu’on leur a confiés. Une telle indifférence ne relève, ni de l’oubli, ni du hasard ; c’est un choix adossé à une vision du pouvoir. Le régime veut se reproduire au pouvoir, contre la volonté du peuple, et dans cette perspective, il ne peut compter que sur la force, la répression. L’éducation est un danger pour qui veut bâillonner et embrigader ; elle donne l’énergie spirituelle capable de résister à toute forme de domination, et d’imaginer un ailleurs de la société répressive. Comme les parents tiennent à éduquer leurs enfants, et que le gouvernement ne peut pas cyniquement leur dire qu’il ne veut pas de leur éducation, il va créer des simulacres d’établissements scolaires, où il est sûr qu’une éducation de qualité (celle qui peut former des révolutionnaires) ne peut y être dispensée. Faire semblant d’éduquer en bloquant toute émancipation de la société par le biais de l’éducation, telle semble alors être la politique éducative du régime de Yaoundé. Dès qu’on l’a compris, la signification des actes du gouvernement en matière d’éducation est facile à décrypter. On comprend alors que, quand le Président annonçait le 05 octobre 2004, en pleine campagne électorale, qu’il allait personnellement prendre en charge la situation des enseignants ; quand des membres du gouvernement convoquent des syndicats dociles, et signent avec eux un communiqué qui revoit le montant des primes arrêté en 2009 à la baisse, et annoncent que lesdites primes seront payées en 2012, on est toujours dans la logique du faire semblant. Pour dire les choses simplement, rien de ce qui est annoncé ne sera réalisé. Mais comme le gouvernement sait que les syndicats indociles ont de la mémoire, et qu’ils vont certainement lui rappeler , en cette autre campagne, qu’il n’a pas tenu ses promesses à l’endroit des enseignants pendant tout un septennat, le gouvernement a, comme à l’accoutumée, choisi la solution de la force en muselant les enseignants.


Agenda

<<

2019

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

26 décembre 2018 - Concertation du Bureau fédéral

Dans la perspective de la collecte des données qui commence en février, le bureau fédéral s’est (...)

23 novembre 2018 - INSÉCURITÉ ET EDUCATION

Pendant le mois de novembre, des élèves et des enseignants ont été enlevés dans les régions (...)

8 septembre 2018 - RENTREE SCOLAIRE SANGLANTE DANS LE NORD-OUEST ET LE SUD-OUEST

Dans plusieurs localités du Nord-Ouest, des chefs d’établissements, enseignants et élèves ont été (...)

16 avril 2018 - RENTREE DU 3e TRIMESTRE

Les élèves du primaire et du secondaire ont repris les classes ce matin pour le compte du (...)

16 avril 2018 - LA FECASE A L’INSTANCE DE COORDINATIONALE (INC)DU FONDS MONDIAL D LA SANTE

Le Secrétaire général de la FECASE a été élu comme représentant des syndicats dans l’ICN du Fonds (...)