Rapport Général du ’4ème Congrès

vendredi 22 mars 2013
par AMANA Céline
popularité : 1%

4e CONGRES ORDINAIRE DU SNAEF

L’an deux mille douze et les vingt et un ; vingt deux du mois de décembre s’est tenu à Eseka chef lieu du département du Nyong Ekelle le 4e congres ordinaire du syndicat National Autonome de l’Education et la Formation(SNAEF) sous le thème : « Renforcer la visibilité pour plus d’efficacité ». Après les allocutions de bienvenues par le secrétaire général de la section départementale du Nyong Ekelle, les interventions des différents invités et le discours morale du Secrétaire Général du SNAEF, un bureau du congrès a été mis en place constitué des camarades : NTEP NTEP Paul Président comme Président ; AMANA Céline Nathalie et MEYOMEBE comme rapporteurs La présentation du rapport d’activités pour les cinq dernières années par le secrétaire Général du SNAEF, a été focalisée sur trois grandes articulations dont : l’émoussement du militantisme syndical, la construction d’un vaste mouvement social et des actions menées par l’organisation. Parlant de l’émoussement du militantisme, le SG dira qu’il est du fait du désintérêt qu’éprouvent les adhérents et bien d’autres facteurs. Concernant la construction du vaste mouvement social, celui-ci s’est effectué au travers de la confection de certains outils tels qu’un discours relatif à l’école nouvelle, l’école au centre des activités sociales .Dans ce cadre, une sensibilisation des acteurs de l’éducation a été faite jusqu’en 2007 mais depuis lors et ce jusqu’à ce jour elle n’a plus été faite. Toujours dans le même ordre d’idée, des cadres d’expressions ont été consolidés notamment des plates formes fédératrices à travers lesquels le discours du SNAEF devrait passer, il s’agit entre autre de la FECASE, de la CSP crée en 2000, de Dynamique Citoyenne qui est un vaste réseau des organisations de la société civile crée en 2005 et PLANOSCAM crée en 2012 toutes ces structures ayant à leur tête un camarade du SNAEF. Le champ de syndicalisation a également été une autre priorité de ces cinq dernières années ; cette syndicalisation a consisté à se déployer de la base au sommet s’est à dire des établissements scolaires aux niveaux régionaux en passant par les départements. Pour ce qui est de la visibilité du SNAEF, il convient de souligner que celle-ci n’a pas été telle que prôné au le départ, le SNAEF n’a pas connu assez de visibilité tant sur la base qu’au niveau élevé et ceci a été due à l’émoussement syndical tel que signalé plus haut et le SG signale que les enseignants accordent plutôt une place importante aux revendications d’ordre économiques que de s’occuper des problèmes relatifs à l’intellect. Sous d’autres cieux, le SNAEF à été visible : Sur la place médiatique même si l’on ne peut pas évaluer l’impact de cette visibilité. Cette visibilité s’est également accrue au niveau des plates formes d’échanges tant sur le plan national qu’international. Parlant de ces plates formes, on notera au niveau national de :FECASE ;CSP ;DC ;PLANOSCAM ;CEFAN ; tandis qu’au niveau international et à travers le CEFAN dans son appartenance à ANCEFA sur le plan africain et la CME sur le plan mondial. Comme actions menées :
- l’établissement des liens de partenariat avec un syndicat suédois
- création d’un espace d’échange dénommé « le Mercredi des enseignants » dans l’optique de pérenniser l’action de redynamisation commencé entre la FECASE et tous ses partenaires.
- des actions de grèves visant à revendiquer la signature des textes particuliers et en l’occurrence la prime de recherche et de documentation et autres revendications soulevées dans la même période.
- des négociations en partenariat avec d’autres syndicats de l’éducation. Pour ce qui est de ces dernieres, on note que celles-ci se poursuivent en vue de la revalorisation des primes. Des commissions ont été mises sur pied en vue de : • L’octroi des palmes académiques • Rééchelonnement indiciaire et dont les travaux sont quasi achèvés au niveau de la fonction publique et les textes parties à des instances supérieures. • L’examen de la condition des instituteurs contractualisés • La remodification des statuts pour intégrer les corps des enseignants de l’EPS • L’élaboration de la convention collective avec l’enseignement privé. Au delà de toutes ces commissions mises sur pied, un forum de l’éducation a été accepté pour revoir le système éducatif camerounais et celui-ci sera organisé en 2013 par le ministre de l’enseignement supérieur. Le Secrétaire général du SNAEF déplore par contre le manque de culture des réunions syndicales au sein des établissements ; des arrondissements et même au niveau national. En revanche seule la section départementale du Nyong Ekelle est celle qui bat de l’aile .Il déplore également le manque d’expérience syndicale suffisant faute des ainées d’où la recherche des perspectives. Le bilan financier a été présenté par le trésorier national et celui ci fait état de trois points à savoir : • Des ressources : celles-ci sont le résultat des apports des membres du bureau et des versements de la section départementale du Nyong Ekelle. Durant ces cinq années, le SNAEF a glané une somme de 3 3381300frs • Des dépenses : celles-ci ont été orientées vers la location du siège et en partie des cotisations auprès des structures en partenariat. • Des promesses : plusieurs propositions ont été faites en l’endroit de l’équipement du siège et sont toujours attendues notamment les chaises. Au terme de ces présentations un débat s’en est suivi avec des propositions en termes de construction du mouvement syndical. De ces échanges nous avons enregistrés les interventions des camarades en l’occurrence : ENAMA jean Didier qui relève le fait que l’on veut la bonne marche du syndicat mais n’avons pas de bons syndicalistes. Celui ci illustre trois cas de figures qui se présentent comme syndicalistes mais en effet qui sont même la cause d’une démobilisation syndicale ; il s’agit entre autre des enseignants clandestins qui sont à la recherche du matricule ; des enseignants intéressés ; des enseignants carriéristes ayant la phobie de l’état. Comme éléments de propositions pour faire fonctionner le syndicat Propose de bâtir en fonction des cas illustrés de :
- faire un syndicalisme d’élite qui peut faire marcher le syndicat
- faire du pédagogisme syndical ; continuer la sensibilisation à travers l’innovation des méthodes.
- ne pas attendre que tous soient convaincus. TANG pose la question de savoir ou se trouve le texte d’accompagnement du statut particulier de l’enseignant que l’on demande au gouvernement depuis toujours ? Et quelle gratification attend la section départementale du Nyong Ekelle ? Et comme suggestion que le bureau exécutif mène des actions de gratification à l’endroit de cette section. BASSONG BLAISE et NDJECK proposent que le SNAEF descende plus bas pour la sensibilisation et ménager le langage auprès du gouvernement pour les vaincre et les convaincre. ARAMATOU revient sur la thématique du congrès et dira que notre devoir est celui de la sensibilisation car lorsque les bénéficiaires comprendront le bien fondé d’appartenance à un syndicat, tous se lèveront comme une révolution. AMANA Céline reviendra sur l’importance d’apporter une culture syndicale à tous les membres par une formation car dit elle le SNAEF regorge des potentialités en matières de formation et qu’un plan de formation soit formalisé en vue de faire bénéficier à tous les éléments les plus élémentaires. MBASSI revient sur le fait qu’on a deux problèmes : celui du militantisme et celui des finances. Le reproche que l’on nous fait est celui de notre absence dans plusieurs localités et ceci s’explique par l’indisponibilité des membres. Pour ce qui est de l’investissement de la section du Nyong Ekelle, l’on n’a pas de subventions et nos attentes reposent sur la loi syndicale qui est en bonne voie dans les négociations. Il pense que ce serait le meilleur moment de penser à cette section. NDENGA demande au bureau de soulever les problèmes relatifs aux vacations des examens dans leurs différentes négociations. Quant à MANDJA et NWAHA, ils pensent qu’il faut garder la conviction et la détermination malgré notre faiblesse économique et notre indépendance d’opinion. Après ces échanges, trois ateliers ont été constitués. Un atelier chargé des amendements des textes ; un atelier chargé d’élaborer la politique générale et les perspectives et enfin un atelier chargé des résolutions finales du congrès. La restitution des travaux en atelier s’est fait en plénière. Atelier chargé des amendements des textes ; Cet atelier a été présidé par le camarade Mbassi .Cela dit, les textes du SNAEF ont connu des innovations au niveau du préambule, des objectifs, de la configuration du bureau national ; de la dénomination des différents secrétariats et des cotisations. Du préambule :le retrait de l’histoire de la création du SNAEF Des objectifs : l’insertion de la promotion du genre dans le syndicat Du bureau national : la revue à la baisse et fusion de plusieurs secrétariats De la dénomination des différents secrétariats : la dénomination du secrétaire général ne revient qu’à celui qui exerce le secrétariat au niveau National ; au niveau régional il est question des coordinations. Des cotisations : les cotisations doivent se faire sur la base des salaires c’est-à-dire 0.5% du salaire. Atelier chargé d’élaborer la politique générale et perspective Cet atelier présidé par le camarade Enama s’est penché sur trois axes : la syndicalisation, les finances et le fonctionnement. 1-La syndicalisation, a) une faible régression d’années en années b) les causes sont : la démobilisation collective ; l’absence de sensibilisation ; la peur et le refus de la part d’adhérer. c) perspectives, il est questions de redéfinir des nouveaux instruments et nouvelles méthodes de sensibilisation ; repérer des leaders et l’implication du bureau national 2- Les finances, a) très faible taux de cotisation des membres, une absence de projets par le syndicat ni d’appel de fonds et ne suscite pas de partenariat. b) Accroitre le nombre d’adhérents et les inciter les à cotiser ; prévoir un check-up de 0.5% de leur salaire par mois ; monter des projets par chaque structure de la base au sommet et susciter des partenaires variés. 3- Fonctionnement, a) on note des faibles rencontres entre syndicalistes ; absence de restitution des séminaires de formations reçues tant à l’extérieure qu’à l’intérieure ; absence des cadres syndicaux ayant des compétences dans des domaines spécifiques. b) Propositions d’action : booster le centre d’étude et de recherche ;’organiser de manière permanente des séances de formations sur des thématiques pertinentes ; créer des structures de rencontre avec des objectifs précis lors desquelles les membres envoyés dans les séminaires doivent restituer ;acquérir à moyen et à long terme un terrain pour construire un siège ;former des compétences dans les domaines spécifiques. Atelier chargé des résolutions

Cet atelier conduit par le camarade Phouet FOE Maurice propose la redynamisation des bases en passant en passant par la sensibilisation des enseignants et la formation des membres.C’est ainsi qu’il est question de • Elaborer la cartographie du SNAEF à la date du congrès • Entreprendre une campagne de restructuration du syndicat • Se déployer dans toutes les régions du cameroun pour pouvoir s’y implanter d’ici fin 2013. Ceci passe par la solicitation des anciens membres dispersés dans les unités administratives (régions, départements, arrondissements) qui pourront,quand ils sont seuls quelque part servir de boite à lettres. • Publier le journal qui doit paraitre au moins 4fois par an • Trouver des moyens financiers pouvant servir de motivation • Redynamiser le processus de collecte des fonds et des cotisations des membres et pour cela mettre des relais. • Developper la mobilisation des fonds aupres des bailleurs de fonds et mettre sur pied des activités génératrices de revenus à vocation sociale. • Mener des actions combinées avec la CSP • Elaborer un programme de formation en rapport avec les structures en création • Poursuivre les revendications • Evaluer la mutuelle en vue de sa redynamisation

Annexes COMMUNIQUE FINAL. Selon les dispositions statutaires, le SNAEF (Syndicat National Autonome de l’Education et de la Formation) a tenu son 4ème Congrès Ordinaire à Eséka, chef lieu du département du Nyong et kelle les 21 et 22 décembre 2012, sous le thème : renforcer la visibilité pour plus d’efficacité. Il ressort de ce congrès des résolutions suivantes : • La redynamisation du SNAEF à travers la sensibilisation des enseignants et la formation des membres de la base au sommet. • La redynamisation du processus de collecte des fonds et des cotisations des membres et la mise sur pied des relais • L’organisation des cadres formels de formation des membres • Le développement de la mobilisation des fonds auprès des bailleurs de fonds et mise sur pied des activités génératrices de revenus à vocation sociale • L’élaboration de la cartographie du SNAEF à la date du congrès • Entreprendre une campagne de restructuration du syndicat • Le déploiement dans toutes les régions du Cameroun pour s’y implanter • la publication du journal tous les trois mois • Trouver les moyens financiers pouvant servir de motivation • Mener des actions combinées avec la CSP • L’élaboration d’un programme de formation en rapport avec les structures en création • La poursuite des revendications • L’évaluation de la mutuelle en vue de sa redynamisation • Prévoir un check-up de 0,5% par mois • L’élaboration des projets par chaque structure (de l’établissement au bureau national). • Booster des centres d’études et de recherches • Création des structures de rencontres permanentes avec des objectifs précis • Acquisition à moyen ou à long terme d’un terrain pour construire un local pour le syndicat • Formation des compétences dans les domaines spécifiques. • Organisation d’une rencontre des membres du conseil délibérant avant la fin du mois de mars 2013 Pour atteindre ces résultats ; il a été procédé à la restructuration du Bureau National et à l’élection des membres pour un mandat de cinq ans Fait à Eséka le 22/12/2013.

BUREAU NATIONAL

1. Secrétaire Général : Phouet Foé Maurice Angélo 2. Secrétaire Général Adjoint : Nwaha Joseph 3. Secrétaire National aux Enseignements : Koi Koi 4. Secrétaire National adjoint aux Enseignements : Mvogo Engelbert 5. Secrétaire National aux affaires Economiques, sociales et Financières : Kéa Madeleine 6. Secrétaire National adjoint aux Affaires Economiques, Sociales et Financières : Meyo Suzanne 7. Trésorier National : Mandja Bah Michel 8. Trésorier National Adjoint : Ndenga Zachée 9. contrôleur Financier : Bassoumboul II Blaise 10. Secrétaire National à l’Organisation : Ntep Ntep Paul 11. Secrétaire National Adjoint à l’Organisation : Bossiomo Christine 12. Secrétaire National aux Affaires Juridiques et Contentieuses : Aramoutou Eloundou 13. Secrétaire National Adjoint aux Affaires Juridiques et Contentieuses : Tang Jean Paul 14. Secrétaire National aux Relations Extérieures : Mbassi Ondoa Thobie Emanuel 15. Secrétaire National à la Formation, Etudes et Recherches : Enama Jean Didier 16. Secrétaire National aux Droits de l’Homme et à la Promotion du Genre : Amana Céline 17. Secrétaire National adjoint aux Droits de l’Homme et à la Promotion du Genre : Mbéa Manassé 18. Secrétaire National à l’Education au Développement Durable : Ntep Rigobert 19. Secrétaire National Adjoint à l’éducation au Développement Durable : Gwet Nsul 20. Secrétaire National à la Communication ; Bikoko Agnès Béatrice 21. Secrétaire National adjoint à la Communication : Meyobeme Nguelé Désiré 22. Secrétaire National à la Culture, aux Sports et aux Loisirs : Effa François 23. Secrétaire National Adjoint à la Culture, aux Sports et aux Loisirs : Bikoun I Alphonse


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2019

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

21 décembre 2016 - TENUE DES SESSIONS ORDINAIRES DE L’ASSEMBLEE GENERALE ET DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DU CEFAN

La coalition EPT, le Cameroon Education For All Ntworks (CEFAN) a tenu le 08 décembre 2016 son (...)

9 décembre 2014 - MENACE SUR LA LIBERTE DE MANIFESTATION

Le gouvernement vient de faire voter une loi contre le terrorisme à l’Assemblée Nationale. A en (...)